Observer sur le sentier

Le sentier entièrement balisé vous permet en effet d’évoluer dans un karst très caractérisé, dont le cheminement révèle un lieu particulier, la chapelle Saint-Bernard, témoin rupestre d’épisodes historiques (rassemblements protestants dans le « Désert », oppositions contre-révolutionnaires…).

Voici un aperçu de ce que vous pourrez observer sur le sentier.

La capitelle

Coc-Capitelle

La grotte de Gachieux

Coc-Gachieux

Mousse et lichen

mousse      lichen

Mousses (photo de gauche)

Païolive est un site d’intérêt européen pour les mousses, plus de 300 espèces y ont été recensées. Une espèce, la Mannia californica semble unique en Europe. Leur rôle écologique est considérable car elles sont présentes sur les sols, les arbres, les rochers. Elles jouent un rôle protecteur et pionnier en retenant l’humidité et en constituant des sols, constituant leur propre écosystème et préparant les futures communautés végétales. Elles peuvent se reproduire de façon sexuée comme de façon végétative. Un atlas complet des mousses de Païolive a été réalisé.

Lichens (photo de droite)

Si vous regardez les rochers vous ne voyez qu’eux (cf exposition). Ils recouvrent en effet les rochers. Au bout de quelques décennies ils ont réalisé une véritable croûte lichénique qui devient un milieu propice à l’installation de végétaux et sur laquelle vivent des mollusques qui râpent cette croûte avec leur langue pour s’en nourrir. Ce sont des lichens dits crustacés.
Sur les troncs d’arbres vous verrez des lichens différents, ils sont « foliacés ». Leur abondance peut être un bon indice de la qualité de l’air. Ils occupent plutôt les parties jeunes des arbres tandis que les mousses finissent par gagner les parties les plus âgées.

Plantes/fleurs

pistachier

cade-2

 

 

 

 

 

Pistachier-Thérébinthe (photo de gauche)
Cet arbre aime la lumière. En froissant ses feuilles vous sentirez l’odeur de la thérébentine. Ses  fruits composent à l’automne de merveilleux tableaux de baies rouges et bleues. Au printemps il porte parfois des excroissances qui sont des galles abritant des espèces d’hyménoptères. On peut greffer sur cet arbre du pistachier à pistaches.

Genèvrier Cade (photo de droite)
Cet arbre est très commun sur les Gras et dans les parties les plus claires du Bois car les herbivores  ne le consomment pas. Certains individus peuvent être âgés. On le distingue du Genèvrier commun aux deux bandes blanches situées sur la face inférieure de ses feuilles. Ses cônes femelles, en forme de boules, sont comestibles frais. Le cœur de son bois est imputrescible et on en extrait de l’huile de cade, très parfumée et antiseptique.

 orchis-brulechicorée

 

 

 

 

Orchis brûlé

Cette belle orchidée est commune à Païolive. Le terme de « brûlé » vient de la couleur foncé du casque des fleurs. Dès que les fleurs sont fécondées, l’épi floral s’allonge et l’extérieur des fleurs devient plus clair. C’est donc le sommet de l’épi qui présente cette couleur pain brûlé caractéristique. Son pollinisateur est une mouche Echinomyia magnicornis.

Chicorée
Cette plante est commune (ici Lactuca perennis) et présente plusieurs variétés sauvages ou cultivées. Ses feuilles jeunes peuvent être utilisées en salade et sa racine comme succédané du café. C’est une plante médicinale à  propriétés stomachiques, dépuratives et légèrement laxatives. La racine contient de l’inuline et des sucres.

Arthropode : le grand capricorne

Grand capricorne      terrier-capricorne
Cet impressionnant longicorne peut atteindre dix centimètres. Le mâle a des antennes plus grandes que celles de la femelle. Les soirs d’été vous pouvez le voir voler à basse altitude, le corps à la verticale. Son activité est crépusculaire. L’adulte peut, s’il est saisi, pincer et émettre une stridulation aigue.  Sa larve peut creuser des galeries de 2-3 cm  ( photo de droite) de diamètre dans les chênes puisqu’elle est capable de digérer la cellulose.

Reptiles (Orvet)

seps

Ce lézard est appelé « orvet fragile » à cause de la facilité avec laquelle il se sépare de sa queue pour leurrer un prédateur. Il appartient à une famille de lézards fouisseurs vivant dans le sol et qui dont les pattes se sont atrophiées. Les femelles ont les flancs noirs, le dos clair et possèdent parfois une ligne vertébrale noire. Les mâles sont marron uniformes, mais présentent parfois des taches bleues sur le dos et les flancs. Les jeunes ont une coloration or ou argent, les flancs noirs et une ligne vertébrale noire. Dépourvu de venin, il chasse au sol et parfois sous le sol de petits animaux de taille adaptée, invertébrés, gastzéropodes, larves. Il fréquente les litières ou les composts dans lesquels il hiberne. On peut le rencontrer dans les jardins.